Pacapona

Aller au contenu

Menu principal

Fliegerstaffel 21

Menu principal > Unités suisses
 

Dès 1954, armé de toute son artillerie, Max le hamster chevaucha un requin rouge. Ce personnage est dû au dessinateur Luigi Giovanetti. Il fut utilisé comme mascotte pendant la seconde guerre mondiale alors que le requin symbolisait l’esprit combatif qui prévalait à l’époque des Bf 109 et rappelait la gueule de requin peinte sur ces machines. Avec les années, Max se transforma en marmotte, animal beaucoup plus courant dans nos Alpes…      
Fliegerstaffel 21

En 1936, l’Allemagne nazie voulu ajouter la voltige aérienne comme discipline olympique au programme des Jeux Olympiques de Berlin. Refusée par le CIO, les allemands organisèrent en parallèle le 1er championnat du monde de voltige… qui fut remporté par le Suisse Walo Hörning (1910-1986) sur son Bücker « Jungmeister ». Quelques années plus tard, ce pilote devait se mesurer une fois de plus face aux allemands et, une fois de plus, faire montre de sa détermination.  

L’histoire de l’escadrille FlKp 21 commence véritablement le 18 septembre 1936 avec la réorganisation des troupes aériennes. A cette occasion, le nombre des escadrilles fut augmenté de 16 à 21. Une année plus tard, l’état-major détermina décida que les pilotes de cette nouvelle unité seraient sélectionnés parmi ceux de la cp av 6. De ce fait, le premier commandant, Hptm Walo Hörning, rejoignit l’unité avec son ami de promotion, l’Oblt Viktor Streiff (qui pris à son tour le commandement de l’escadrille en 1942), ainsi que 9 autres pilotes sélectionnés par ses soins. Comme leur unité-sœur (cp av 6), la FlKp 21 fut équipée, dès 1938, avec le Dewoitine D-27.

A cette époque, la Confédération décida d’acheter dans l’urgence un nouveau chasseur moderne : le Messerschmitt Bf 109 E3a. Cet avion fut délivré dans une version « light » : sans canon ni radio et avec un vieux viseur : le Revi 3c A265. La Fliegerkompanie 21 fut l’une des trois escadrilles chanceuse à être équippée avec le Bf 109 E3, en même temps que la FlKp 15 et l’unité suisse-romande cp av 6. Les 6 premières machines (J-302, 308, 309, 311, 312 and 313) étaient basées à Duebendorf, aérodrome qui dépendait du Flieger Regt 3 sous les ordres du Col Rihner.
Au printemps 1940, le capitaine Walo Hörning commandait cette escadrille depuis Emmen. A cette époque plusieurs machines étaient en « readiness » à Duebendorf, Mollis et Olten.     

Les pilotes qui la composaient étaient :

Hptm Walo Hörning (Kdt)
   Oblt Viktor Streiff
   Oblt Ahl
   Oblt Borner
   Obtl Hasse (tech. off.)
   Oblt Kissling
   Oblt Mühlemann
   Oblt Köpfli
   Oblt Scheitlin
   Oblt Willi

En juin 1940, la Fliegerkompanie 21 écrivit une page de l’histoire des Forces aériennes suisses avec les autres escadrilles de Bf 109 engagées à cette époque. Depuis le 10 mai 1940, ils combattirent la puissante Luftwaffe, principalement au-dessus du relief du Jura, et descendirent pas moins de 8 avions à croix noires pour la perte de 2 des leurs (Lt Rickenbacher, FlKp 15, J-310 et un C-35 de la FlKp 10). La FlKp 21 peut revendiquer 3 victoires aériennes (probable : un DO 17  - confirmées : un HE-111 + un ME 110) dont 1,5 rien que pour l’Oblt Viktor Streiff. Quelques semaines après ces combats, l’escadrille choisit les dents de requin comme emblème.

 

Durant la guerre, ils déménagèrent à Buochs (1942) et finalement à Payerne (1943). Après la fin du conflit, Viktor Streiff retourna à la vie civile comme géologue, et, fin 1945, la FlKp 21 fut la première unité à quitter ses braves Bf 109 E3. Tous les pilotes d’alors furent dispatchés dans d’autres escadrilles toujours équipées de Messerschmitt.

Dès 1946, toutes les unités volantes furent « splittées » en Fliegerstaffel (corps navigant) et Fliegerkompanie (mécaniciens et armuriers). La « nouvelle » 21 fut alors équipée avec le Morane D-3801 jusqu’au milieu de 1948.

Le 15 juillet 1948, ils transitèrent sur le « dernier » chasseur de l’aviation militaire suisse : le  North American P-51D 20/25 Mustang. Ces avions venaient tout droit des surplus de l’USAF basée en Allemagne et furent achetés pour $us 4'000.— l’unité ! Bien que pour la plupart des pilotes le P-51 était un avion de rêve, il ne laissa certainement pas de très bon souvenirs au sein de la 21. En effet, il semble que ces machines étaient plutôt fatiguées par leur période de guerre et développèrent de sérieux problèmes de moteurs, hydraulique comme de structure. En fait, « l’ère du Mustang » fut la période la plus noire de l’histoire de la FlSt 21 : pas moins de 5 pilotes perdirent la vie à ses commandes entre 1950 et 1955.

En 1956, ils firent une courte transition, d’abord sur planeur VLM, puis commencèrent l’ère du réacteur avec le DH 100 Vampire et, en automne 1957, finalement sur DH 112 Venom.

Au printemps 1959, les unités 1 et 11 de l’Escadre de surveillance furent équipées du nouveau chasseur britannique  Hawker Hunter Mk 58. A cette époque, beaucoup d’anciens quittèrent la 21 et, le 1er juin 1960, une nouvelle escadrille était formée avec 18 nouveaux pilotes. A la fin 1960, la Fliegerstaffel 21 avec la FlSt 8 et l’Esc 5 (escadrille romande) furent les premières unités de milice à transiter sur ce nouvel avion. Jusqu’à l’arrivée du Mirage III S, le Hunter fut considéré comme un chasseur.

Bien que, dans les Forces aériennes suisses, aucune machine ne soit dédiée spécifiquement à une escadrille, les avions J-4079, J-4083 et J-4102 portaient l’emblème de la FlSt 21.

En 1983, le 1er Staffel fut détaché et transita sur Northrop Tiger F-5E.  La 21 rejoignit alors sa dernière « tanière », quelque part dans le Haut-Valais. Comme cet aérodrome accueillait également l’Esc 5 (des Romands !)  et que la cp av 1 (encore des Romands !) s’occupait désormais de ses Hunters, les pilotes durent se résoudre à perfectionner leurs connaissances de la langue de Molière, ce qu’ils firent avec application. Non seulement ceci améliora grandement la sécurité, mais leur effort louable contribua fortement à développer une véritable amitié avec leurs Welsch de « rampants ». Tous les anciens de la "Une" gardent un excellent souvenir de cette période.  

Le dernier cours de répet. de la Fliegerstaffel 21 eut lieu en avril 1993 et l’unité fut dissoute fin 1993.

De nos jours, ce « trou » est toujours un ouvrage classé « secret » et donc non accessible au grand public. Dommage, personne ne peut donc voir le magnifique emblème peint par les pilotes sur les portes de la tanière des amis de Max.

C’est la fin de l’histoire… Bordel !


Bibliographie :


  •    “Fliegerstaffel 21 – 1946 to 1993”, FlSt 21,     disponible auprès du Hunter Verein, Interlaken

  •    “Hunter Fascination”,     Christophe Donner, Schück Verlag


Liens :

http://www.messerschmitt109.com/suisse/index.html
par Philippe Osché

Retourner au contenu | Retourner au menu