Pacapona

Aller au contenu

Menu principal

Escadrille 6

Menu principal > Unités suisses
 

Le logo actuel cherche son origine après 1940. Avant cette époque, la « 6 » partageait le même emblème que la cp av 4. Sa devise d’alors « sans soucis » (repris avec ironie par certains pilotes comme « cents soucis »…) reflète bien le sentiment de résignation ambiant avant-guerre.

Cependant, les évènements de l’été 1940 au cours desquels la compagnie d’aviation 6 se distingua dans la défense de la neutralité motivèrent une évolution de son emblème. Le choix se porta sur un canard armé de l’hallebarde typique. Quant à la nouvelle devise « jusqu’au bout » elle fut tirée d’un discours du général Guisan qui proclama « il faut tenir jusqu’au bout ».

A sa création le 27 janvier 1925, la nouvelle escadrille 6 commandée par le Captaine Karl Wuhrmann était équipée de Dewoitine D1+, D9 et de Comte AC1. Après avoir volé dès 1927 sur Dewoitine D27, la 6 eut la chance de pouvoir transiter dès 1939 sur le flambant neuf Messerschmitt Bf 109 E3. Mobilisée à Thoune, le Capitaine Jean Roubaty mena cette unité romande au combat. En mai 1940, elle se composait notamment des pilotes suivants :

   Lt Alfred Wachter
   Lt Paul Schenk
   Lt Jean-Paul Benoît
   Lt Hans Thurheer
   Plt Francis Liardon
   Plt Edgar Hadorn

Le 10 mai 1940, le Plt Thurnheer fut le premier pilote suisse à défendre la souveraineté de notre espace aérien en ouvrant le feu sur un avion étranger (probablement un He 111 qui quitta notre territoire avec un moteur de moins). Afin de souligner ce fait d’armes, le Cdt du Régiment d’aviation 1 lui adressa ses félicitations personnelles.

Lors des combats aériens de juin 40 au dessus du Jura, cette escadrille romande fut engagée à grande échelle et totalisa 2,5 victoires confirmées (1,5 HE 111 et 1 Bf 110) et 1 victoire probable (Bf 110). A cette occasion, le Lt Benoît se distingua avec 2 victoires (1 confirmée et 1 probable). Le 6 juin 1942, le Capitaine Jean Roubaty se tuait au cours d’un vol d’essai du C-36 (C-401) dans la région de Gerzensee. Un autre pilote d’exception reprit le commandement : Le Capitaine Francis Liardon. A la fin de sa carrière militaire, le Lieutenant-colonel Liardon avait commandé notre défense aérienne (1962 à 1967), totalisait plus de 7'000 heures de vol et 20'000 décollages et avait volé plus de 130 machines différentes.      

Durant la guerre, la 6 fut stationné à Payerne (1943) et Zweisimmen (dès 1944) où elle termina le conflit. Après la guerre, la 6 abandonna ses « Mess » pour passer sur Morane dès 1947. En 1951, elle fut l’une des deux unités choisie pour passer à l’ère du jet avec le DH 100 Vampire. Dès ce moment, elle prit ses quartiers sur la base de Sion où elle resta jusqu’en 1977.  Par la suite, elle vola sur DH 112 Venom (dès 1963) et Hawker Hunter Mk 58 (dès 1979) qu’elle utilisa également dans le cadre de la guerre électronique. En 1982, les biplaces du 1er Staffel utilisés à cet effet furent utilisé pour créer  la FlSt 24.

Enfin depuis 1983, l’escadrille 6 vole sur Northrop F-5 Tiger II et se compose de pilotes de milice.

Bibliographie :

A l'occasion des 80 ans de l'Escadrille 6 (1925-2005), les pilotes ont créé et édité une plaquette de 50 pages, au format 15x21cm.

Au sommaire de ce petit livre :
La préface du Commandant, des témoignages de pilotes durant la Deuxième Guerre mondiale et d'après guerre, l'Escadrille 6 aujourd'hui, des photos d'archives noir et blanc et des photos couleurs.
Une très bonne idée en tous cas, car il existe relativement peu d'ouvrages sur les Escadrilles des Forces aériennes suisse.

Imprimerie des Montagnes SA, La Chaux-de-Fonds

Vous pouvez trouver cet ouvrage au musée de l'aviation Clin d'ailes de Payerne ou directement à l'escadrille 6, en écrivant un e-mail à cette adresse : flst.6@vtg.admin.ch.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu